La Bobine+Brain= Le studio de la Bobine

 

Mardi 6 avril, 17 heures, rendez vous avec Fred Monestier, plus connu sous le nom de Brain, il doit me faire visiter  le studio tout neuf, qu'il a monté en partenariat avec  la Bobine.
Il fait beau, un des premiers vrai jour de printemps dans cet interminable hiver grenoblois, arrivée en vélo par le parc, croisé quelques zombis qui attaquent à la bière, des joueurs de foot torse poil, des joggers, un aigle royal, deux cerfs, et un Lion, quel bonheur! Grande terrasse qui donne sur la verdure et les grands arbres, personne encore à cette heure là.
J'entre dans la salle d'accueil, un immense bar, une belle cuisine juste derrière, des tables et des chaises, un peu comme au 3 bis, le design à la Kerbras est toujours d'actualité, un peu moins bois vieilli peut être, un vieux bus Citroën peint en bleu, des affiches de partout, des photos de voyage, c'est chaleureux, il se dégage des lieux une bonne énergie positive, je croise pas mal de nanas et de mecs qui visiblement ne sont pas là pour traîner, surtout des nanas, d'ailleurs, un petit coup d'oeil en passant sur les bureaux où j'aperçois Eric qui bosse sur son ordi, un bébé à ses pieds, qui joue tranquille.
Fred me fait visiter les locaux, en commençant par les salles de répétition. Pas de musicos encore. Les locaux sont spacieux, double porte à hublot , c'est du sérieux, traitement acoustique, mur absorbants, murs diffuseurs, deux Martin Audio accrochées au plafond, une tête Marshall et sa cabine 4x10, une batterie Sonor, en super état, belle prestation. Il y a 4 locaux dans le même esprit.

Un détour par la salle de spectacle, on fait gaffe de pas déranger, car fred et moi, on est trés poli, de toute façon, personne ne nous calcule,  ça bosse dans tous les coins, encore une fois, je suis surpris, plein de nanas, un ou deux mecs quand même, l'ambiance est sourire, c'est cool.

 

 Mais où sont passées les nanas qui bossent?

Sur la scène, deux Racks, les amplis pour le système ARC accroché au dessus de rideau, les Subs sont sous le plateau, qui n'est pas trés haut, moins d'un mètre? et  puis les fameux préamplis Digigram Aqonda, 2x16 entrées et 2x16 sorties, sur deux racks de 2U. Au mur juste derrière, deux connecteurs RJ45 A et B, c'est par là, avec un câble Ethernet, que les préamplis sont reliés au réseau. Sont aussi connectés au réseau: la console Yamaha MC7CL, posée sur un meuble à roulette, et rangée dans la régie son, à l'autre bout de la salle, et le studio de Fred, qui nous attend un peu plus loin, au bout d'un couloir.
La MC7CL est équipée de deux cartes Digigram Ovitran, et d'un gros connecteur pour le patch d'effets. Les cartes Digigram,( voir la photo), sont reliées au réseau par un cable RJ45 (ethernet) , du coup, on pilote les préamplis situés sur la scène avec la MC7CL. Le système est absolument transparent, un ingénieur du son accompagné de Spock et  téléporté depuis "l'enterprise", croirait travailler sur la console Yamaha, et c'est bien ce qu'il ferait, mais les réglages de gain, par exemple, n’agissent pas sur les préamps de la MC7, c'est bien les 32 préampli Agonda qui agissent, et Fred me le confirme, la différence est vraiment notable, absolument rien à voir!
La console avec son tout petit fil à la patte, peut être transportée dans la salle sur ses roulettes, c'est simple, pratique, et efficace.

   

                                                                     Le rack des amplis                                                  Les 2  AQONDAS

 

  

            

 

                                                          Les cartes Digigram sur la M7CL      Le plus petit multipaire du monde de Grenoble 32 in 16 out

 

 

La visite continue, on passe devant une petite régie, qui est une réplique du premier studio de Spacemusic, au 3 bis, ou bossait Mathieu Senet, cette bonne vieille O2R Yamaha et le protools TDM de l'époque.
Dans les couloirs, au dessus de nos têtes, toutes les gaines sont visibles, toutes les pièces sont ventilées et climatisées, dans un silence absolu, pas de bruit de VMC.
Une porte avec une serrure à code, et on pénètre dans la régie où travaille Fred:

 

 

 

La salle est grande, assez haute de plafond, le mur de droite, situé face aux 2 enceintes de monitoring PSI, est recouvert d'un savant montage de planches de bois verticales, encadrant des panneaux de surfaces irrégulières, absorbants, ou réfléchissants, le tout formant un diffuseur aux reliefs tourmentés. Y est adossé un canapé, le traitement du mur garantie une écoute absolument homogène sur toute sa longueur, y compris dans les angles opposés.
Le plafond a deux traitements, au dessus des enceintes, et jusqu'à la place de l'ingé son, c'est absorbant, sur une bonne épaisseur, ensuite, jusqu'au mur du fond, ça rebondit plus.


Sur le mur d'en face, la vitre de séparation avec la salle de prise, à 1 mètre du mur, la console, une DC2000 Soundcraft, qui à l'époque avait été conçue pour concurrencer les SSL, c'est la première, et la seule Soudcraft automatisée avec flying faders, 4 bacs de 8, pour 32 voies Inline, et un patch TT Bantam intégré.

 

  

 

Dans l'axe de la console, juste après le patch, le rack des tranches de console  ( Préamp EQ et comp) et préamplis, on y trouve: 1 Chandler Ltd1, 1 AMEK9098, 2 API 7600, 1 Focusrite Octopre,  un double Universal Audio 610, et 1 Neve Portico 5012.
Contre le mur opposé à la salle d'entrée, 2 racks:
Le premier avec les 2 192 Digital Digidesign, reliées à deux cartes DSP du Protools HD2, en dessous les deux convertisseurs Apogée AD8000S, reliés en Légacy au premier 192Digital. Les arrivées AES EBU provenant du convertisseur Ethersound/ AES Ovitran sont connectées aux entrées AES des 2 192 Digital, le Ovitran est placé en bas du rack (1u), il est relié au réseau par un câble Ethernet, 32 lignes arrivent ainsi de la salle de spectacle, pour les contrôler, il suffit de prendre la main sur le réseau avec le PC placé juste à coté. Les 16 E/S analogiques des Apogée sont reliées au patch Bantam. La central Station, qui est un peu l'interface "humaine" du studio est tout en haut du rack, Fred y a accès grace à une télécommande, à son poste de travail, face à l'écran du Protools. On trouve enfin dans ce rack, la Big Ben, qui comme son nom l'indique est une grosse cloche qui donne l'heure à tout ce joli monde.

 

          

                                                                Préamps EQ Comp            Interfaces et convertisseurs                    Mastering


Le deuxième rack est composé d'une 888/24 Digidesign, en légacy sur la 2 ème 192Digital, ses sorties analogiques permettant de gérer les départs pour le monitoring des musiciens, via un préampli casque HA4700 Behringer, Un convertisseur AD KORG envoi ses signaux en ADAT vers la deuxième 192 Digital, pour les retours des effets qui sont vissés juste au dessus dans le rack: 1 Lexicon 200, un monstre, 1 Roland SDE2000, 1 Roland SRV330.
Juste à coté de son poste de travail, Fred a placé le rack dédié au Mastering: 1 EQ Zsystem, ultra précis, c'est le chirurgien, 1 AVALON 747 sp avec son fameux 6 bandes, c'est le Kiné, ostéopathe, 1 Manley Vari Mu, qui contrôle la dynamique, et le L2 Wave ( hardware) la boite à outil ultime.

   

Derrière les racks, une porte donne accès à la salle des machines: 1 MACPRO avec la clé ilok qui dépasse en face avant ( fais gaffe à ne pas l'arracher en passant, je connais, c'est trés trés chiant à souder!, le PC utilisé uniquement pour Wavelab ( mastering et finalisation gravage)l'onduleur; les alims, le tout climatisé, et insonorisé.

 

La salle de prise, voyez les photos et le croquis, le traitement du plafond est super, les temps de réverb varient de 0,6 secondes à 1 seconde, selon qu'on est au fond, vers les Basstrap et l'estrade, ou plus prés de l'entrée et de la vitre de séparation régie/salle.
Il y a deux petites salles de prises intégrées à la salle principale avec un traitement acoustique étudié pour atténuer le bas medium trop présent dans ce type de petite cabine .On peut y loger un ampli basse ou guitare, ou l'utiliser pour des prises de voix.

       
 

Fred sait trés bien parler de son travail, il est "dans le son " depuis un bail, son studio est une étape dans son cheminement, il n'y a pas ici de concession à la mode, ou à l'esbrouffe, ses machines, il sait ce qu'il peut en tirer, et pourquoi il doit les utiliser, et pourtant, il y a toujours place à la surprise, à l'innovation, plein de petits trucs à découvrir, comme par exemple, ce Plug-in Massey, qu'il insère sur une piste auxiliaire du Protools et qui ouvre et ferme automatiquement et instantanément le Talkback, à chaque appui sur la touche Pause/Stop  et Play.

J'ai beaucoup aimé ce moment passé avec lui à parler de son métier, c'était un peu comme interroger un grand chef étoilé sur son savoir faire, on a parlé méthode, technique, mais aussi qualité du produit, l'importance des plans de volume, de la spacialisation, de musique, quoi!

 

Pour se faire une idée de la configuration du studio de la Bobine:

 

 

 

 

Derrière l'objectif, Patrice Blanc, pour un cliché de Fred à l'époque Bobine 1


Publié par Pianotech, le 08 Apr 2010
Mots clés de cet article
brain brainmusik fred monestier la bobine
Prcedent
Le nouveau ortie est là !!
Suivant
Dogg Master & Djé
Les commentaires des utilisateurs :
Vous devez vous connecter ou créer un compte pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous connecter